Cameroon News

Contrôles de qualités des produits – Comment L’ANOR encourage la contrefaçon et la contrebande

À l’attention des commerçant(e)s, détaillants, importateurs des produits, propriétaire de boutiques et /ou grandes surfaces, elle annonce pour le mois d’Avril des contrôles de qualités des produits qui seront effectués sur toute l’étendue du territoire national. Une situation qui interroge sur les compétences professionnelles de l’agence. Les observateurs avertis s’interrogent sur le fait qu’on ne saurait parler de contrôle en publiant à tout le monde, car contrôle rime avec enquêtes et investigations.

Il y a quelques jours, le Président de la Chambre Nationale des Experts Criminels du Cameroun, Directeur Central de la Cameroon Bureau of Investigation CBI Maitre Francis Olinga annonçait une opération dénommée « Tempête Triangulaire », en réponse à la croissance exponentielle de la contrefaçon et de la contrebande encouragée par certaines institutions, notamment l’Agence des Normes et de la Qualité.

Le refus de l’ANOR de collaborer avec le CBI dans cette campagne l’avait conduit à tenir une réunion d’urgence avec le GICAM, dans le souci de non seulement justifier les contributions (utilisées à d’autres fins) des entreprises affiliées au GICAM pour combattre la contrefaçon et la contrebande, mais aussi de mettre en œuvre la contrefaçon des idées et projets du CBI, puisqu’a la base ,le projet « Tempête Triangulaire » de la CBI avait été copié par L’ANOR .

Cette contrefaçon des idées et projets de la CBI ont été dévoilés quelques jours plus tard par l’ANOR. En effet, elle vient de rendre public le guide de contrôle qualité des produits et de la répression des infractions, un guide de l’assujetti et le logigramme de la procédure contrôle qualité répression et infraction, à l’attention des commerçant(e)s, détaillants, importateurs des produits, propriétaire de boutiques et /ou grandes surfaces, en prélude à des contrôles de qualité des produits qui seront effectués sur toute l’étendue du territoire national au mois d’Avril.

Cette stratégie de l’ANOR nous interroge les observateurs avertis sur les compétences professionnelles de ses agents à mener de véritables contrôles sur le terrain. Disposent-ils des connaissances structurées et compétences en matière d’investigations et de contrôle ? Au delà de ces interrogations, il est évident selon des sources crédibles que l’ANOR ne dispose pas assez du personnel pour pouvoir occuper toute l’étendue du territoire national.

Pour ces derniers, quand on parle de contrôle, il y a en amont des investigations et des enquêtes. On ne saurait donc parler de contrôle en l’annonçant déjà à tous les acteurs concernés. Cette attitude permettra aux fossoyeurs de se préparer en dissimulant les produits issus de la contrebande et de la contrefaçon. Ces observateurs poursuivent avec l’inquiétude sur le fait qu’un contrôle est censé être inopiné et qu’il ne saurait être annoncé et publié bien avant sur les réseaux sociaux et autres formes de communication pour informer à ces acteurs d’être au courant de ce qui va se passer.

Cette manière de faire démontre déjà l’échec de ce contrôle qui sans doute ne sera pas efficient. Ces déviances témoignent à suffisance que l’ANOR a besoin de se faire accompagner par ceux qui disposent des armes sérieuses pour mener à bien ce combat. Elle aurait dû tout simplement s’impliquer dans le projet « Tempete Triangulaire » de la CBI.

Oscar Onolo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *