Cameroon News

Entretien avec Negou Jean Paul, 2e adjoint au maire de la ville de Bafoussam – « Nous allons repartir totalement enrichis. »

Présent a Yaoundé durant trois jours dans le cadre d’une mission d’étude et d’imprégnation auprès du maire de la ville de Yaoundé, Luc Messi Atangana, la délégation venue de Bafoussam et conduite par le 2e adjoint au maire de ladite ville, s’exprime sur les acquis de cette séance de travail qui s’est tenue à la communauté urbaine de Yaoundé.

Après les 100 premiers jours en fonction, les élus de la ville de Bafoussam ont pris part pendant trois jours à une sorte de séminaire avec le maire de la ville de Yaoundé, concrètement qu’avez-vous appris ?

Disons que nous sommes là dans le cadre d’une mission d’étude et d’imprégnation. Nous avons été bien accueillis par la communauté urbaine de Yaoundé, toutes les dispositions ont été prises pour que le travail se déroule convenablement. Nos travaux ont essentiellement été axés sur deux piliers. Le premier pilier c’était les textes notamment le code de la décentralisation, mais également tous les autres textes règlementaires qui régissent les communes et notamment les communautés urbaines. Nous avons parcourus ces textes, on a examiné les relations qui doivent exister entre le chef de l’exécutif et ses adjoints, l’apport des conseillers de la communauté dans le travail qui est attendu de la commune urbaine, les relations que la communauté urbaine doit entretenir avec les communes d’arrondissement. Ces aspects d’ordres réglementaires ont été abordés.

Ensuite sur le plan pratique et s’agissant du second volet de nos travaux, il s’est agi de voir concrètement comment la communauté urbaine de la ville de Yaoundé procède a l’assainissement, comment elle gère les aspects tels que le personnel, ainsi que plein d’autres aspects. Nous avons bénéficié de l’appui d’un certain nombre d’experts donc la présence a été sollicitée par le maire de la ville de Yaoundé. Au terme de nos deux jours de travail, je peux indiquer que nous sommes totalement satisfaits, puisqu’à chaque occasion il s’est agi de partager les expériences, et le maire de la ville de Yaoundé s’est attelé à mettre à notre disposition chaque fois des textes qui ont été pris dans la mise en œuvre de tel ou tel aspect de la gestion de la cite.

Qu’est-ce que vous considérez à Bafoussam comme insuffisance et qui ont été partagé à Yaoundé ?

Tous ces points nous ont intéressés. Les relations avec les conseillers, avec les communs d’arrondissements parce qu’il en a qui n’arrivent pas à comprendre que les textes ont clairement définis les compétences de chacune de ces communes. Cela a particulièrement attirés notre attention, mais globalement les aspects pratiques de mise en œuvre de l’ensemble de ces dispositions.

Comment entendez-vous donc aller appliquer ce que vous avez reçu ici à Yaoundé ?

Nous allons repartir totalement enrichis. Parce qu’au-delà de l’imprégnation donc il était question au début, finalement il s’est agi d’un séminaire de formation. Nous avons été totalement édifié, il est question que une fois rentrer à Bafoussam, nous allons essayer de mettre en place les bonnes pratiques que nous avons identifié au sein de la communauté urbaine de Yaoundé et qui jusque-là faisaient défaut dans notre façon de faire.

Propos recueillis par Myriam DJAMEN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *