Cameroon News

FECAFOOT – Les injonctions du TAS à l’endroit de la FIFA et de Seidou Mbombo Njoya

Il demande à SEIDOU MBOMBO NJOYA de justifier sa présence au siège de la FECAFOOT, et sollicite les explications de la FIFA sur l’imbroglio qui règne au sein du football Camerounais.

Le tribunal arbitral du sport semble être passé à la vitesse supérieure depuis que l’ex bureau exécutif est entré en concubinage incestueux avec la FIFA. Deux correspondances épistolaires ont été adressées le Mardi 16 Février à l’ex président de la Fédération Camerounaise de Football Seidou Mbombo Njoya et à la FIFA. Le Tribunal arbitral du Sport s’est résolu à siffler très prochainement (dans une dizaine de jours), la fin du Capharnaüm qui règne dans le football camerounais.

Le cas Seidou Mbombo Njoya

Pour ce qui concerne Seidou Mbombo Njoya, pièces jointes à l’appui, le TAS demande de justifier le fait qu’il soit encore à Tsinga et qu’il signe des documents au nom de la Fécafoot alors même que l’entièreté du processus électoral l’ayant conduit à la tête de l’instance faitière du football camerounais a été annulé par une sentence rendue le 15 janvier dernier. Il est également demandé à Seidou de donner son avis sur l’Assemblée Générale du 2 février dernier qui aboutit à la désignation d’un comité provisoire de gestion (CPG) avec à sa tête le Sénateur Albert Mbida. Les documents dans lesquels Seidou Mbombo Njoya traite les membres de l’Assemblée Générale de 2009 de « personnes sans qualité » ont été ajouté au dossier et ce dernier est appelé à s’expliquer à ce sujet.

Le cas de la Fifa (Fatma Samoura)

A l’endroit de la Fifa (Fatma Samoura), le TAS demande de se prononcer sur le désordre à la Fécafoot. Notamment le fait que malgré une sentence qui a annulé le processus électoral qui a conduit à l’élection de Seidou Mbombo Njoya, la Secrétaire Générale de la Fifa et son président Gianni infantino himself ont sciemment cru bon de laisser à penser que le TAS avait décidé que l’exécutif en place devait conduire la transition alors qu’il n’en a jamais été question dans la décision. Le point 235 querellé n’étant rien d’autre que des commentaires des juges arbitrent. Le Fifa devra aussi, sous 10 jours, se déterminer sur l’Assemblée Générale extraordinaire du 2 février 2021 qui a aboutit à la mise sur pied d’un Comité Provisoire de Gestion conduit par le Sénateur Albert Mbida et dire qui fait exactement quoi à la Fécafoot.

Ainsi, aussi bien Seidou Njoya que la Fifa, chacun devra s’expliquer sur des faits qui, depuis la sentence du 15 janvier 2021, frisent le ridicule et contribuent juste à enfoncer un peu plus le football camerounais dans la tourmente.

Ci-dessous, l’intégralité des correspondances du TAS

Première correspondance

Concerne: TAS 2020/A/7513 Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC) c. Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT) Chère Madame, Par la présente, je vous informe qu’un appel a été déposé le 17 novembre 2020 par la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (« l’appelante ») auprès du Tribunal Arbitral du Sport (le « TAS ») contre la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT) (« l’intimée ») à l’encontre de la décision rendue par le Comité Exécutif de la FECAFOOT le 4 novembre 2020 prononçant le retrait des compétences déléguées à L’appelante. Le 25 novembre 2020, Me Antonio Rigozzi, avocat à Genève, Suisse, a informé le Greffe du TAS qu’il représentait la FECAFOOT dans cette affaire et a produit une procuration en sa faveur signée par M. Seidou Mbombo Njoya en sa qualité de Président de la FECAFOOT. Par courrier daté du 8 février 2021, Me Lebel Elomo Manga , avocat à Yaoundé, Cameroun, a informé le Greffe du TAS qu’il agissait en qualité de conseil de la FECAFOOT « ayant à sa tête Monsieur le Sénateur Albert MBIDA, Président du Comité Exécutif Provisoire nommé par l’Assemblée Générale de la FECAFOOT lors de sa session extraordinaire tenue le 02 février 2021». Il a produit une procuration en sa faveur signée par Monsieur le Sénateur Albert Mbida et portant le sceau du Comité Exécutif Provisoire de la FECAFOOT. Vous trouverez ci-joint une copie du courrier de Me Lebel Elomo Manga du 8 février 2021, accompagné de ses annexes. Par courrier du 11 février 2021, Me Rigozzi a indiqué au Greffe du TAS que les clients de Me Elomo Manga n’étaient pas des représentants légitimes de la FECAFOOT. Au nom de l’Arbitre unique, conformément à l’article R44.3 du Code de l’arbitrage en matière de sport (le « Code »), applicable par renvoi de l’article R57(3) du Code, au vu de cette situation confuse et des positions contradictoires des représentants de l’intimée, j’invite la FIFA, d’ici au 26 février 2021, à apporter au Greffe du TAS toute précision utile quant à la situation au sein de la FECAFOOT et de ses représentants élus compte tenu de l’assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue le 2 février 2021. Je me tiens volontiers à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et vous prie de croire, chère Madame, à l’assurance de ma considération distinguée. », Peut-on y lire.

Deuxième correspondance

Concerne: TAS 2020/A/7513 Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC) c. Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT) Chers Confrères, Au nom de l’Arbitre unique, je vous informe comme suit: -Conformément à l’article R44.3 du Code de l’arbitrage en matière de sport (le « Code »), applicable par renvoi de l’article R57(3) du Code, l’Arbitre unique a décidé d’interpeller la FIFA afin d’obtenir des clarifications quant aux représentants élus de la FECAFOOT. Vous trouverez ci-joint copie de Mon courrier en ce sens à la FIFA. -Dans l’intervalle, l’Arbitre unique a décidé de surseoir à statuer sur les différentes requêtes procédurales déposées par les parties, à savoir (a) la requête de bifurcation déposée par Me Rigozzi ; (b) la requête visant à ce que le TAS rende une sentence d’accord-parties déposée par Me Elomo Manga ; et (c) la requête de l’appelante en suspension de la procédure jusqu’à ce que la situation de la FEFACOOT soit clarifiée. -M. Seidou Mbombo Njoya est invité à se déterminer, d’ici au 26 février 2021, sur le courrier de Me Elomo Manga du 8 février 2021, en particulier sur la validité de l’assemblée générale extraordinaire du 2 février 2021 et sur la désignation d’un Comité Exécutif Provisoire. Je me tiens volontiers à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et vous prie de croire, chers Confrères, à l’assurance de ma considération distinguée », peut-on y lire

Oscar Onolo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *